Blog de beton

Monday, April 11, 2005

Il y a des soirs comme ca...

Il y a des soirs comme ca j'ai envie de mettre un masque, des palmes et de respirer dans un tuba en observant des fonds marins fabuleux par -10 de profondeurs. Juste assez pour pouvoir se sentir totalement libre. Descendre pour voir sous une acropore tabulaire (un corail en forme de plateau) ce qu'il y a en dessous. Surprendre quelque poissons planques et remonter ensuite. Entendre le bruit caracteristique des cateaux (poissons perroquets) qui croquent le corail. crrrk crrrrk crrk. Suivre une trompette qui se promene entre les coraux. Effrayer un groupe de petit poisson vert pommes qui sortent prudement d'un acropore sub massif et qui nagent s'y refugier a toute allure quand je fonce vers eux les mains en forme de serre. Leur mouvement ressemble a une fleur qui se resserre. Ils sortiront prudement ensuite de leur planque. D'abord la tete. Puis legerement autour du corail puis plus loin.

Tiens une pieuvre qui passe comme ca entre 2 eaux sur une plaine d'algue. L'inconsciente risque de se faire manger a tout moment. Un jour en nageant rapidement en longeant le fond marin. Les palmes jointes et avancant en faisant des grands mouvement du bassin, je me suis prit une pieuvre en plein dans le masque. A la hauteur du nez. J'ai senti quelque chose de gluant puis j'ai vu tout noir. Elle avait crachee tout son encre. Elle a due avoir plus peur que moi. Ce jour la j'ai hurle sous l'eau. Heureusement peu profonde. J'ai entendu mon coeur faire *pack*. C'est la plus grande peur de ma vie. Incontrolee, instantanee.

Je veux remonter derriere un grand massif de corail et sentir un banc de poisson stresse. Leur comportement est sparodique. Je ne le voit pas mais comme eux je sens le danger. Je me retourne mais ne vois rien. C'est en revoyant le banc de poisson que je vois un baracuda fondre sur le banc de poisson. L'attaque est foudroyante. Une fraction de seconde et tout est joue. Je suis content de ne pas etre la curiosite du jour. Ca me rappelle cette fois ou je faisais de la plongee avec bouteille au coin de mire. Olivier, mon moniteur de cousin est avec moi. Il me montre un banc immense de Barracuda qui passent sur notre tete. Ils sont facilement 50. Nous nous asseyons sur un grand rocher basaltique (plongee en bord de falaise) et laissons passer ces imposante bebetes.

je veux surprendre un merou allonge sur le sable en train de digerer un pauvre poisson qui a fait son dejeuner et dont la queue depasse encore de sa machoire.

Je veux plonger dans la passe de Belle Mare. La plongee commence par -3 metre. Il y a un fort courant. Il faut atteindre tout de suite le fond et se laisser emporter. Le courant est plus fort en surface. Le briefing est simple. On va rencontrer un canyon. Il faut s'y enfoncer et surtout ne pas passer par dessus. Il suffit de joindre les mains le long du corp et pencher d'un cote ou de l'autre pour virer. Puis on plonge dans le canyon. Ca va a toute allure. Gauche, droite. Remonter legerement pour eviter ce corail qui pointe devant. On continue de descendre. -15. On s'arrete dans une petite arene. On surprend 2 petits requin a pointe blanche de recifs. 1m50 environ. Ils s'en vont tranquillement. nous retournons dans le courant. Sur notre tete des raies font du surplace dans le courant. On s'accroche a un corail. Le corp fait un demi tour complet. Les raies nous voient et s'envole a contre courant puis disparaissent. Nous remontons je suis epuise. Il me reste 8 bars dans ma bouteille. Je suis epuise et content.

Je veux me promener a travers les coraux jusqu'au couche du soleil ou je surprend un banc de jeunes calamars a l'interieur du recifs. Ils sont curieux mais resteront toujours a une distance d'environ 2 metres. Des que je m'approche ils reculent.

Il y a des soirs comme ca, la mer me manque.