Blog de beton

Friday, November 19, 2004

Voilà ce que c'est d'emmerder les chiens qui aboient

Quand j'habitais à Quatres-Bornes pour le BTS, je devais fermer un portail aux environs de 18:00.

Juste en face, il un chien ma foi assez imposant dont je n'ai jamais pu déterminer la race. Ce qu'on appelle à Maurice : un roquet. Ce dernier prenait un plaisir fou tous les soirs à m'aboyer dessus.

Un soir, au lieu de fermer le portail et d'ignorer l'imposante bêbête, je m'avances vers le portail et je l'excite. Et dans un geste ultime, je balance mon bras d'un petit coup sec vers l'avant. celui qui tenait le cadenas.

En général les clés tiennent solidement dans les cadenas. Mais pas celui ci. A la fin de mon mouvement, provocateur de chien mourrant d'envie de goûter mon mollet, je vois la clé qui sort du cadena au ralenti avec un petit bruit métallique, comme lorsque dans les films de cape et d'épée le héros sort sa lame.Un *schliiiiing* crystallin et je vois la clé dans un rayon de lune au ralenti passer le portal du chien fou et tomber entre ses pattes.

L'excitation s'envole, je ferme le portail discrètement. Ma grand mère dans sa grande maison (moi j'étais dans une dépendance qui me permettait d'avoir une certaine indépendance ,paradoxalement) me crie "Tu as bien fermé le portail ?" Moi:"ahem Oui oui grand mère tracasse pas".

je choppe discrètement ma lampe torche et ensuite planqué derrière un mur, j'attend le dîner du T-Rex d'en face. Cette saleté s'appellait quelque chose comme 'flocon' ou , 'choupette'. Franchement a t'on l'idée d'appeller un monstre sanguinaire, la terreur des facteurs ainsi ? "pffffuit pffffuit, flocon ! Viens mon bébé ! Viens manger" J'ai 5 minutes pour trouver les clés discrètement en toute infraction. Comme quoi la vanité est plus forte que la peur.

Heureusement j'ai pu trouver la clé rapidement grace à mon lampe de plongée qui n'est jamais allée sous l'eau.

Voilà ce que c'est d'emmerder les chiens qui aboient.